Dimanche, 15h27, l'heure tant attendue: le retour du Messi! Oui, j'ai réussi à redémarrer mon ordi en mode sans échec avec prise en charge réseau (rien que ça!) pour vous raconter ma laïfe (la chance hein!)

teacher_survey

Je vais commencer par vous parler de ma fameuse conférence de prof LGBT de Londres, dans le QG de mon syndic, la Noisette. Déjà, j'ai été accueilli avec des gens qui distribuaient des tracts d'extrême gauche - "il faut abattre le nouveau gouvernement" Euh, t'es sérieux?! Je vais vous la faire courte (on y croit.. ou pas!) Accueilli dans une grande salle pompeuse avec café, thé, biscuits, sacs Noisettes, flyers pour rallier les troupes contre le gouvernement (euh, on a le droit de ne pas être de gauche dans ce syndic?! Oui? Non? ok..) La top chef du syndic prend la parole, je n'en crois pas mes yeux, la superstar du syndic est venue un samedi nous parler, comme ça! Elle nous fait un historique des droits gays, lesbiens, trans, bi et de comment le syndic s'est toujours battu blablabla.. En résumé, la journée a été intéressante. Intéressante dans le sens où je ne me suis jamais vraiment posé comme défendeur des droits LGBT même si je sais qu'étant gay ça change la donne à l'école. Par exemple (tout bête) les profs parlent souvent de leur femme ou leur mari ou leurs enfants pour établir un lien plus personnel avec les étudiants. Bah moi je me vois mal dire:"oui alors mon copain.." Ou quand on parle entre prof, certains parlent de leur mariage etc, a des repas ou autre.. ça crée des liens. Bah moi, je ne me sens pas d'aller sur du perso même si ça pourrait tisser des liens plus intéressants que juste le professionnel. Des trucs bêtes comme ça qui font une différence. 

Section-28

ImageGalleryHandler

J'ai appris beaucoup sur l'histoire des droits LGBT en UK et notamment la SECTION 28 dont la plupart des profs avaient souffert. Ce texte de loi, en place de 1988 à 2003 (!!) interdisait en gros l'enseignement, ou même la simple suggestion, que les relations homosexuelles étaient "normales" Du coup des profs pouvaient être mis en prison s'ils évoquaient leur sexualité par exemple. Les profs qui en ont témoigné étaient touchants, je me dis que ça aurait pu être moi... Il a fallu attendre 2010 en UK quand même avec l'Equality Right pour que les profs LGBT soient protégés au travail contre toute discrimination... Ensuite, j'ai appris qu'il y a un GAY HISTORY MONTH chaque mois de février, à l'instar du BLACK HISTORY MONTH. Là pareil, certaines écoles évitent voire refusent d'en parler ou d'en faire la promotion... Certaines par conviction, certaines par peur de réactions parentales ou des enfants...

Tout le long de la conférence je me posais des questions: devrais-je prendre une part plus active dans cette "bataille"? Est nécessaire? Ou est-ce que la sexualité d'un prof doit rester dans la sphère privée? J'opte pour la 2ème solution. Pour moi, le fait que je sois gay n'a rien avoir avec l'enseignement du français. Malgré ça, je pense que, comme certains profs l'ont souligné, certains étudiants ont besoin d'avoir des modèles et des gens vers qui aller, ils ont besoin de voir des gays dans la vie de tous les jours et voir que c'est "normal", que c'est accepté... Bref, un état d'esprit un peu mitigé. Il y avait des ateliers sur comment aborder l'homosexualité en classe et comment rendre les mots gays et lesbiens positifs au lieu que ce soit traité comme des insultes. Du fait du programme, j'aborde la question homosexuelle en AS et A2 level, donc je suis content d'avoir l'opportunité d'en parler et de présenter les choses à ma façon aux étudiants, en parlant des manifs contre le mariage pour tous en France par exemple, des problèmes d'adoptions, de la mascarade du PACS, etc. J'estime faire mon oeuvre ainsi. Peut-être ferais-je plus plus tard? Je ne sais pas. Je ne sens pas que c'est mon rôle pour le moment. Peut-être quand je serai marié (on peut rêver!)... A suivre!..